Site Perso de

Thomas JANNAUD

Des actualités personnelles sous un style impersonnel, et inversement.



Guatemala - Côte Caribéenne et culture Afro
Little Miami et rythme reggae 19 Juillet 2013

J'ai visité cette région en coup de vent sur les conseils de Jim, de la famille d'accueil. Je la recommande vivement à mon tour, elle m'a littéralement coupé le souffle. J'ai bien fait de raccourcir d'une journée mon temps dans l'association où je ne servais à rien et de profiter un peu aussi.

5 jours après la côte pacifique, j'arrive sur la côte Caribéenne à Rio Dulce en fin d'après-midi après 9h de car depuis Panajachel. Mon but est d'aller à Livingstone, lieu de la culture afro au Guatemala, à l'extrémité est du pays, accessible seulement par bateau. Le guide ne parle que très peu de Rio Dulce, qui ne touche pas la mer caribéenne. Les derniers bateaux partent à 13h, je devrai attendre le lendemain et je sais aussi que je ne pourrai donc pas y passer cette nuit.

Rio Dulce

Un vieil américain en tongs, chemise hawaïenne et cheveux longs m'accoste dans la rue à la sortie du bus. Il me dit qu'il possède un bateau et qu'il peut m'emmener faire un tour des environs moyennant finance. Il me demande dans quel hôtel je vais puis me dit de ne pas y aller et d'aller dans un autre.
D'habitude ça rassure toujours de voir un autre blanc dans un pays où l'on est le seul semblable de la rue. Mais avec lui je me sens dans une situation inconfortable. Je vais quand même dans l'auberge de jeunesse que je visais, je reviens le voir pour faire mon tour en bateau et il me dit qu'il n'a plus envie, qu'il va bientôt faire nuit, blablabla.

Rio Dulce n'a pas l'air terrible à première vue. Il fait chaud, il y a une seule grande rue très passante et les véhicules incessants soulèvent de la poussière sur les éternelles échoppes alignées le long de la route.
Je veux absolument faire quelque chose de bien aujourd'hui pour ne pas moisir dans ce trou. J'ai le dortoir de 10 personnes de l'auberge de jeunesse pour moi tout seul et c'est très glauque.

Heureusement, il y a aussi une petite marina et je demande à faire un petit tour de bateau d'une heure avant que la nuit ne tombe, comme l'américain me l'avait proposé. Un marin accepte et Rio Dulce me montre alors son vrai visage, loin de sa rue principale sale.
A cent lieues de la culture maya on voit des gens laver leurs vêtements dans la rivière, et des enfants en maillot qui jouent et sautent dans l'eau depuis les branches.

Plus loin, des dizaines de villas cossues, au toit de paille, se fondent dans la végétation sur leurs pilotis. Toutes possèdent un petit yacht. On est ici au St Tropez de l'Amérique Centrale. On l'appelle "Little Miami" me dit le capitaine.
Je n'y ai pas mis le pied mais pour avoir vu Dexter je veux bien le croire. On passe aussi devant un petit fort qui servait à protéger le continent des pirates. Cette virée nautique incroyablement paisible et relaxante m'a requinqué.

Livingstone

Lever tôt, je déjeune d'une mangue et d'un ananas pour $1 sur un banc à admirer la marina plutôt que de me prendre le "continental breakfast" à $10 avec œufs brouillés et bacon. Parce que je le vaux bien.

Je me suis promis d'être à à Tikal le soir. Je serre mon agenda pour avoir assez de temps au Costa Rica, que j'imagine encore mieux que le Guatemala. Je prends le bateau à 9h, j'arrive à Livingstone à 11, et le bateau repartira à 13 pour arriver à 15 à Rio Dulce d'où je prendrai le dernier bus. 2 heures sur place c'est peu ; je ne laisse pas à Livingstone le temps de tenir ses promesses mais j'étais ravi quand même.

Je sympathise avec 2 canadiennes sur le bateau, on visite la ville ensemble. Du fait qu'on ne peut y accéder que par voie maritime, il n'y a quasiment pas de voitures. Le calme qui en découle ajoute au charme de cette petite ville. Sinon rien de spécial à part une population noire très forte et quelques rastas dans leurs hamacs devant leur maison qui nous confirment que l'on est aux antipodes du reste du pays et des habitants aux traits maya. J'avais d'ailleurs le réflexe de leur parler en anglais plutôt qu'en espagnol, allez savoir ! Les clichés ont la vie dure. On troque aussi les tortillas et les haricots rouges pour des plats à base de curry, lait de coco, …

Pas grand chose à raconter donc. On a marché un peu, on s'est baignés dans une mer très chaude et le trajet en bateau pour y aller laisse voir un décor digne d'Indiana Jones. On glisse sur l'eau tout le long d'un delta qui sinue dans la mangrove et la végétation.

Au final c'est beaucoup de fatigue quand même, je n'aime pas courir, et j'ai peu profité de la région (2 jours avec 9 heures de bus pour 2 heures de "plaisir"), mais comme d'habitude est ce qu'en restant quelques jours de plus j'aurai plus profité ? Je n'aurai sans doute pas pris d'autres tours de bateau et je ne suis pas très plage non plus. Je remercie le destin de m'avoir fait passer du temps à Rio Dulce et de ne pas m'avoir précipité à Livingstone dès la sortie du bus. A trop viser un but on oublie d'ouvrir les yeux sur ce qui nous entoure.

Itinéraire suivi

J'ai fait la côte caribéenne 2 jours avant la fin de mon voyage au Guatemala (11 jours en tout) et avant de continuer mon aventure dans des pays plus au Sud. Vous pouvez consulter mes 3/4 autres articles sur les points de mon itinéraire.

À lire aussi :
Laissez un commentaire !

Pas besoin de vous connecter, commencez à taper votre nom et une case "invité" apparaîtra.