Site Perso de

Thomas JANNAUD

Des actualités personnelles sous un style impersonnel, et inversement.



Iles Galapagos
Envie de lézarder 03 Août 2013

Dernière étape de mon voyage, les îles Galapagos et l'Equateur. Ça commence plutôt mal, après une nuit à l'aéroport je me rends compte que j'ai raté mon vol. Mon téléphone avait une heure d'écart avec la vraie heure... J'hésite alors entre ne pas y aller et faire un plus long circuit en Equateur, ou acheter un nouveau billet d'avion.
Je suis à Guayaquil (la 2nde ville), pas à Quito, je n'ai toujours pas prévu d'itinéraire en Equateur, et dans le coin rien ne m'inspire. Je prends finalement un billet pas trop cher à la dernière minute, et puis je n'aurai pas d'autre occasion de visiter ces îles avant longtemps.

San Cristóbal

Je m'attendais à voir une île fleurie et colorée avec des oiseaux et des animaux originaux partout. C'est en fait très désertique. Il y a des "arbres cactus" partout et le paysage est très sec, avec quelques oiseaux et quasiment aucun animal à part quelques colonies d'iguanes et un nombre impressionnant de phoques jusque sur les bancs des abri bus !

Je suis arrivé par San Cristóbal, la grosse île la plus à l'est. Le port ressemble à la côte d'azur. Nombreuses pizzérias, bars, ... Des français me disent que l'île la mieux est Isabella, tout à l'ouest. Ils sont géologues et viennent ici chaque année alors je les crois sur parole. Avant cela un petit coup de plongée sur place où des phoques nous approchent, mais il y a mieux. Au lieu de payer 90€ pour de la plongée avec bouteille j'ai loué masque et tuba pour 3€ et j'ai vu plus de poissons. Attention, les eaux sont froides (15°C ?) en cette période de l'année.

Je n'aurai pas plongé au milieu des requins marteaux. Les requins qui tenaient le centre de plongée ont attendu que je paye pour me dire qu'il faut en fait aller la nuit à un autre endroit beaucoup plus loin pour pouvoir en voir et que je peux m'inscrire.

le phoque derrière moi s'est réveillé et m'a fichu une peur bleue pendant que j'avais les yeux rivés sur l'objectif

Il y a aussi sur San Cristóbal un "musée Darwin" qui explique diverses choses sur la formation des îles. Il y a plusieurs grands courants dans les océans et ils se rejoignent tous ici, ce qui fait que faune et flore arrivent de beaucoup d'endroits de la planète pour se mélanger génétiquement ici. Aux Galapagos on prétend que c'est là que Darwin a formé la théorie de l'évolution, mais dans les livres on dit que c'est faux, que c'est 6 ans plus tard en Angleterre. Les Galapagos s'accrochent car si on le leur retire, il faudrait renommer tous les hôtel Darwin, pizzéria Darwin et rue Darwin.

On apprend aussi que lorsque les premiers bateaux ont découvert les îles, il y avait des animaux par milliers. Très vite des pêcheurs sont venus et ont attrapé toutes les baleines, ça tuait dans tous les sens, c'était le paradis.

A une autre époque les îles ont servi de bagne et un homme d'esprit a voulu tenter l'expérience de libérer les prisonniers pour voir si loin de la civilisation ils ne retrouveraient pas leur gentillesse intrinsèque. Peine perdue, le pauvre homme s'est fait égorgé aussi sec.

Isabella

Il faut 2h pour aller d'une île à celle du centre, puis encore 2h pour aller à Isabella sans compter l'heure d'attente le temps qu'ils s'organisent sur l'embarcadère. Bref sur les 4 jours aux Galapagos j'aurai passé 2 jours à faire du bateau-bus entre San Cristóbal et Isabella. On est en plein milieu du pacifique, et même avec une météo "normale" ça secoue. Une femme a vomi et une autre pleurait. Je lui ai demandé si ça allait et elle a dit "non" en ravalant une boule de sanglot (ou d'autre chose). On ne sait jamais trop quoi dire dans ces moments là.

Isabella était vraiment top, c'est là après 3 jours aux Galapagos que j'ai vu mes premiers iguanes marins, et aussi des penguins nains (25cm à l'âge adulte). J'ai adoré la manière dont les iguanes se doraient au soleil, insouciants et sereins.

Je passe ensuite des heures à chercher les oiseaux les plus célèbres : le fou à pieds bleus et la frégate à gorge rouge. Location de vtt et longues marches, rien n'y fait. Il y a beaucoup de frégates dans le ciel mais elles ne se posent pas souvent, et ce n'est que lorsqu'elles sont à terre qu'elles gonflent leur gorge pour attirer les femelles.
J'ai souvent demandé à d'autres touristes ce qu'ils avaient vu et où, et on me disait "va là-bas, il y a pleins de xxx". J'y allais le lendemain et il n'y avait plus rien.

J'ai hésité à décaler mon avion pour pouvoir les voir. De multiples petites agences de voyages proposent des "tour à la journée où l'on voit tout". Mon vaccin anti attrape-nigauds commence à faire effet après 1 mois en Amérique Latine et c'est difficilement que je me retiens de céder à la tentation.

Je finis par me faire conseiller un petit tour en taxi-bateau autour du port de Santa Cruz et là miracle, je vois ces 2 oiseaux parmi les maisons, au cœur de la civilisation de l'île la plus "tourisme de masse" du coin. Youhou !

Beaucoup de tours opérators proposaient à la journée une excursion sur des îles minuscules, et c'est peut être ce qu'il aurait fallu choisir pour voir les fous à pieds bleus exécuter leur danse de séduction.

Association

Pour la petite histoire, tout comme au Guatemala et au Costa Rica, j'avais choisi de découvrir les Galapagos par le biais d'une association, une ferme cette fois. J'ai assez vite vu que ça allait être le même topo que dans les autres associations quand j'arrive avec mes bagages, que 2 allemandes me voient et ferment la porte de leur chambre avant qu'on ne se dise bonjour. Elles viennent me chercher une heure plus tard pour aller en ville. Ah tiens elles sont sympa en fait. Ah non, c'était juste pour qu'on partage le taxi. Je ne comprends toujours pas comment on peut être bénévole et se conduire ainsi, ça me parait tellement contradictoire.

Ceci dit il y avait 2 autres filles super cools qui au contraire dès que je suis arrivé m'ont proposé de se retrouver le soir même en ville pour manger et faire la fête. C'était leur dernier jour, dommage. Alors j'ai préféré visiter les îles plutôt que de me retrouver seul avec les allemandes. Les gérants de l'association n'ont pas compris pourquoi je suis parti aussi vite que j'étais arrivé mais je ne regrette pas un seul instant.

2 aéroports : un sur San Cristóbal et un sur Santa Cruz.

Ces îles mythiques n'auront pas tenu leurs promesses, ou alors je m'y suis pris comme un pied. J'ai l'impression d'être passé un peu à côté de ce qu'il y avait à y voir, mais je me demande si les guides touristiques ne mettent pas la barre un peu trop haut dans leurs photos et descriptions et qu'on se fait des idées. Et puis les ports sont les seules parties accessibles des 3 grandes îles, et ils représentent chacune 1% (?) de leur surface terrestre, donc on passe peut être à côté de beaucoup de choses, mais c'est peut être mieux pour la nature.

Il faut aussi se dire que si l'on voit un animal, on ne va pas non plus rester 4h de suite à le regarder non plus, on va le prendre en photo, faire "check" dans notre tête, rester 2 minutes et pas se sentir grandi pour autant. J'ai été épaté de voir autant de phoques au début et à la fin je ne les regardais même plus tellement j'en voyais partout.
Mais je garde de très bons souvenirs de ces moments de repos avec les iguanes, sur les rochers, comme s'ils avaient le pouvoir d'arrêter le temps.

À lire aussi :
Laissez un commentaire !

Pas besoin de vous connecter, commencez à taper votre nom et une case "invité" apparaîtra.