Site Perso de

Thomas JANNAUD

Des actualités personnelles sous un style impersonnel, et inversement.



Que faire un week end de 3 jours ?
"Les week end pourris, c'est ma grande passion." Omar Sharif. 11 Novembre 2013

C'est le 11 novembre. Commémoration de la première guerre mondiale pour les uns, lundi chômé pour les autres. Mais attention au piège. Rien de pire que d'appeler ses potes le samedi soir et entendre "Ah t'es resté à Paris ? Nous on est à Barcelone c'est la méga teuf".
Le week end de 3 jours c'est bien, mais tout seul à regarder la pluie tomber c'est pas bien, surtout si c'est votre anniversaire. D'autant plus que les magasins sont fermés le dimanche et les jours fériés et que 3 jours c'est la limite au delà de laquelle on meurt si on ne mange pas (appel subtil au gouvernement s'il m'entend).

Voici donc 3 options pour vous permettre de passer un week end inoubliable. Je viens d'en vivre une, je vous laisse deviner laquelle.

Option 1 : la capitale européenne

Ben oui, quand on est parisien, on ne peut pas se permettre de dire qu'on a été faire un ciné, sauf si c'est un film d'auteur ou un film français. Une expo ça sonne déjà mieux même si on n'y comprend rien. Mais une expo à Milan là c'est tout de suite plus chic et puis quand quelqu'un nous dira qu'il a été en Thaïlande cet été on pourra lui dire que nous aussi on a une vie intéressante.

Partir 3 jours en Italie pour échapper au temps pourri ? Bonne idée. C'est pas dur, il n'y a qu'à suivre les pubs dans le métro. Toute l'Europe à partir de 49€ avec EasyJet ? Go go go ! Bon, en fait c'est pas 49€ mais 349€ mais on ne va pas faire de chichis pour un 3 en plus, hein ? Et puis bon, l'hôtel le moins cher est à 80€ la nuit mais c'est pas tous les jours qu'on se fait un week end que diable.

Départ samedi matin très tôt pour économiser une nuit d'hôtel et profiter à fond du samedi, retour lundi soir tard pour profiter un max de la dernière journée. L'avion décolle à 8h. Réveil à 4h30 du matin, taxi jusque porte maillot (30€) puis navette jusqu'à l'aéroport de Beauvais (1h). On nous confisque notre déodorant à la sécurité et on apprend qu'il y a 45 minutes de retard. Arrivée à 9h45 à Milan. Ou plutôt l'aéroport presque à côté de Milan. Navette puis métro, on arrive à 12h à l'hôtel. Pile pour manger. On pue un peu la sueur et on n'a plus notre déo mais au moins le week end peut commencer.

Samedi aprem, un peu fatigués on fait le musée de la ville. Dîner sympa, vieille ville très jolie et animée. Dimanche on voulait aller dans la campagne visiter des vignobles et déguster de l'asti. Seul problème il n'y a pas beaucoup de transports le dimanche et louer une voiture n'est pas dans nos moyens. On traîne gentiment dans les rues de la ville et comme c'est fatiguant on finit à Starbucks et on en profite pour changer notre status facebook et mettre des commentaires sur les photos des gens qui font comme nous au même moment mais à Berlin. Le soir on s'ennuie, on a déjà parcouru la ville en long en large et en travers. On rentre à l'hôtel regarder France 5.

Lundi on ne sait pas trop quoi faire non plus vu qu'on a déjà beaucoup marché dans les rues et que c'est une petite ville. L'avion est à 8h du soir donc le temps de prendre la navette, checkout de l'hôtel etc il faudra partir à 16h. Dommage le lundi il y a justement des bus qui circulent entre Milan et la campagne et ses vignobles mais ils font revenir à 17h. On décide de retourner au musée du samedi parce qu'il était gratuit et qu'il y avait peut être des petits écriteaux qu'il nous restait à lire.

Le soir l'avion a 4h de retard. Si on avait été prévenus on aurait pu aller aux vignobles. Et pas de chance le remboursement des billets c'est à partir de 5h de retard. On arrive à Beauvais à 2h du matin. Heureusement il y a quand même une navette pour nous attendre. Retour à la maison à 4h du matin, la semaine va être longue. Vive les week end de 3 jours pour bien se reposer. Et surtout ça fait cher la pizza parce qu'on n'a pas vu grand chose d'autre. Mais on dira quand même que c'était génial.

Option 2 : le week end avec sa copine dans un gîte

Week end en amoureux dans une chambre d'hôte à 2h30 de route de Paris, dans l'Yonne. Région charmante s'il en est. Option plus accessible que l'Italie vu que persYonne ne veut y aller. Il n'y a pas grand chose à faire dans les environs à part se promener, mais là il pleut. Il n'y avait pas de moment mieux choisi pour que madame ait ses règles. On reste enfermés tout le temps sauf la fois où on est allés visiter l'Eglise du village de Ste Marguerite-les-prés. Magnifiques vitraux du XIVe siècle.

3 jours à deux c'est un peu long.
"C'est bon ce que tu manges ?
_ Oui et toi ?
_ Moi aussi.
_ C'est normal on a commandé la même chose.
_ C'est normal il n'y avait pas de menu mais juste un plat du jour."
...
"On n'a pas eu de chance il a pas fait beau."
...
bzzzz
...
"Qui a choisi l'endroit déjà ? Je ne me rappelle plus."
...

Au moins ça n'aura pas coûté trop cher. Seul problème, je crois que ce week end va mettre un terme à notre relation.

Option 3 : le char à voile

L'an dernier au travail on avait eu un week end organisé en Normandie. Char à voile et kayak le premier jour, visite de Caen le lendemain. Très sympa mais ça manquait de vent pour le char à voile. Il fallait se pousser les uns les autres pour rouler 3 mètres. Comme on est resté sur notre faim j'ai décidé d'en refaire avec des amis. Sauf que là on n'est plus en juin mais en novembre, et la Normandie c'est pas terrible, en novembre.

Lever 7h du matin, départ à 8h30 à l'autre bout de paris pour 3h de route. Arrêt à la boulangerie dans Paris avant de partir pour faire le plein de viennoiseries. 5 minutes plus tard quand on ouvre les sachets on se rend compte qu'il n'y a pas exactement ce qu'on a commandé. 2 croissants pour 3, payés au prix de 3 croissants. C'est le prix de la confusion, l'instant où on a hésité entre 2 croissants et un pain au chocolat ou 3 croissants.

L'un de nous est enrhumé. Il se mouche tout le temps dans la voiture et même si l'on dit "à tes souhaits" on espère tous ne pas être contaminé. Arrivée à l'école de char à voile à l'heure. Bravo. Mais on nous dit qu'on n'accepte pas les cartes bleues. 30 minutes pour localiser un distributeur dans ce trou paumé. Retour au club, le groupe est déjà sur la plage à recevoir les instructions. On file au vestiaire. Il ne reste plus que des combi qui puent, qui sont trempées et froides. Maman je ne veux pas y aller.

Bien entendu on se rend compte qu'on a oublié de faire pipi une fois qu'on est sur la plage en combi et que la fermeture éclair est dans le dos. La séance se déroule bien, il y a du vent, on se prend de l'eau et du sable en pleine figure toutes les 2 minutes. On a froid, on ne voit rien, la morve nous coule sur les lèvres et comme nos deux mains sont prises on ne peut pas s'essuyer. On claque des dents, des chars se renversent autour de nous, les moniteurs ne nous viennent pas en aide mais on s'éclate bien.

Retour en voiture, fatigués et tous enrhumés.

N'hésitez pas à répondre en commentaire !

À lire aussi :
Laissez un commentaire !

Pas besoin de vous connecter, commencez à taper votre nom et une case "invité" apparaîtra.