Site Perso de

Thomas JANNAUD

Des actualités personnelles sous un style impersonnel, et inversement.



J-4, avant le grand départ
Plus que quelques jours pour penser à tout et savoir où je vais… la pression monte ! 07 Juillet 2013

Je suis dans un état d'excitation intense. Cela fait 3 jours que j'ouvre fébrilement chaque réponse des associations, que je relis les activités proposées, que j'épluche les témoignages, que j'écris des lettres de motivation. Entre temps je rassure ma mère que non, je ne pars pas dans un pays en guerre. Puis je vérifie sur internet que c'est bien le cas. Email après email, j'ai maintenant plus de visibilité.

Au menu des associations qui ont répondu :

Certaines associations demandent des frais exorbitants ou de payer en amont, je les raye de la liste.

L'heure des choix a sonné

C'est en fait le Dieu des emails qui a décidé pour moi de la destination. Ceux qui m'ont répondu sont concentrés sur 2/3 pays ce qui m'évite d'hésiter des heures sur Chili, Vénézuela ou Bolivie. Je ne sais toujours pas pourquoi je vais aller me fourrer au Guatemala alors que personne ne semble y aller.

Le programme se dessine naturellement en fonction des disponibilités des organismes d'accueil. Pour l'instant : familles mayas du 10 au 18 juillet, puis zoo du 20 au 28 juillet, puis tortues (île déserte ou pas ?) du 30 au 5 août, puis école équatorienne jusqu'à la fin (13 août). Ça va être chaud patate.

L'île déserte m'attire tout autant qu'elle me repousse. L'île n'est accessible qu'en... bateau, et il ne passe qu'une fois par semaine. Loft Story ça peut être cool si on s'appelle Jean-Edouard. Ça peut être moins cool si on tombe la semaine où un groupe d'étudiants turques débarque et qu'aucun d'eux ne parle anglais. Je dis oui à 2 associations et je repousse la décision. Pas très humanitaire tout ça mais je verrai comment je le sens après 3 semaines au Guatemala.

Je prévois de visiter durant les week-ends 2/3 ruines mayas pas loin du zoo et pour le reste je ne sais pas encore. Dans la moitié des cas je serai en famille d'accueil, dans l'autre dans le bungalow des associations. Elles s'occupent de toute cette partie. Il en coûtera en moyenne 15 à 20€ par jour pour l'hébergement et les repas.

Dong...

C'est l'heure des choix qui resonne. Je peux faire Paris-Guatemala pour 1300 € (18h) ou Paris - Miami - Panama - Guatemala pour 800 € (38h) et je devrai passer la nuit... à l'aéroport.

Autre choix à faire : je lis sur wikipédia que pour aller de Guatemala City jusqu'à la première association, il y a soit des bus publics ("chicken bus", 5€ les 7h de transport) soit des navettes privées (120€, 4h). Les bus publics peuvent se faire attaquer par des bandits de grand chemin et leurs conducteurs roulent de manière imprudente et ont souvent des accidents. Ils sont vivement déconseillés la nuit.

J'ai des économies de côté mais je n'ai pas envie d'être en mode "touriste riche" et avoir un voyage tout confort qui ne m'apprend rien. J'ai aussi envie de ne pas me faire prendre en otage et de ne pas mourir. Que feriez-vous à ma place ?!!

Préparation

J'opte pour les 38h de transport avec 3 escales + une nuit à l'aéroport offerte par la maison. 5h d'internet et 40 onglets plus tard, mes billets sont pris. J'espère que mes bagages arriveront en même temps que moi et qu'aucun avion ne sera en retard sinon je n'ai pas de plan B.
Pour les vols intérieurs à l'Amérique Latine je verrai sur place. Ça me laisse un peu de flexibilité, et il y aura peut être des deals sur place. Et surtout j'ai la flemme. J'ai ouvert trop d'onglets pour aujourd'hui.

Mon départ est dans 4 jours. Et pour la première fois, au cœur de l'aventure la plus courageuse et virile de ma vie, me vient cette question de femme : qu'est ce que je vais mettre ?
ll me faut des vêtements chauds (ça sera l'hiver en Equateur) et pas chauds (été au Guatemala) et qui tiennent au sec (saison des pluies partout). Et pour un mois d'affaires. Et que tout tienne dans un sac. Pari tenu. Je me vois en tenue d'archéologue ou d'Indiana Jones mais je n'ai rien de tel sauf le fouet mais c'est une autre histoire. Direction Go Sport, vite le temps presse !

Il faut encore que j'achète les guides des pays où je vais et que j'aille faire des vaccins (à faire 1 mois avant normalement). Ce matin j'ai dévalisé une pharmacie. J'ai acheté 4 sprays anti-moustique et 4 sprays après-moustique ainsi que des tonnes de médicaments. Ça va être bien ces vacances entre les insectes, les maladies et le froid. Et la pluie. Et le replantage d'arbres 10h par jour. J'ai hâte.

J'ai aussi trouvé un énorme sac à dos sur leboncoin. Parcourir la campagne en traînant sa valise ça fait pas très Indiana Jones. Et j'ai pas envie d'avoir l'air con avec quand tout le monde aura des fleurs autour du cou et me regardera la guitare à la main.

¡ Adios !

Les derniers préparatifs restent à faire mais je suis ultra content. Les billets sont pris donc quoiqu'il en soit je partirai. L'objectif est atteint je ne peux plus reculer !!! Je m'imagine vadrouiller entre deux villages, toutes mes affaires sur le dos. Je m'arrêterai regarder les massifs enneigés au loin, assis au milieu de fleurs sur le flan d'une montagne. Peut être qu'un berger viendra me parler, ou peut être qu'il viendra juste s'asseoir à côté de moi sans discuter.
Adios amigos, on se revoit dans un mois si tout va bien. Peut être que j'aurai toujours mon sac à dos, des cheveux longs et que je jouerai de la guitare dans le métro avec un poncho. Si vous me reconnaissez, ne faites pas semblant de ne pas me voir et venez me dire "ola" même s'il faut vous boucher le nez. Je vous sourierai et vous transmettrai les clés d'un bonheur perdu.

À lire aussi :
Laissez un commentaire !

Pas besoin de vous connecter, commencez à taper votre nom et une case "invité" apparaîtra.